Jardinage

L’arrosage

L'arrosage

La principale difficulté à résoudre, lors des apports d'eau, consiste à adapter la quantité de liquide à donner en fonction du sol, de la température et de la grandeur du sujet; bien entendu, le genre botanique, la saison et le rythme des pluies sont aussi à prendre en considération.

 

L'arrosage du jardin potager, des arbres... est un complément de la pluie. On sait qu'il faut, pour assurer une bonne végétation, mettre à disposition des racines de l'eau en suffisance; c'est donc en litres par mètre carré ou par plante et par semaine qu'on exprime les quantités nécessaires. Pour les jeunes sujets, les apports d'eau seront fractionnés et répartis sur la semaine.

 

Au jardin, si l'on arrose trop souvent, les plantes n'émettent plus de longues racines, et dès que l'on ne suit pas les apports d'eau, les végétaux souffrent de la soif très rapidement.

La technique

Dans une terre lourde (argileuse), on apporte assez d'eau, mais peu souvent, alors que dans les terres legeres (sablonneuses) il est nécessaire d'arroser plus souvent.

 

Pour qu'une planche de légumes pousse correctement, il faut, en été, assurer 30 l (30 mm) d'eau par mètre carré et par semaine. Pour les arbres, l'année de plantation, 20 l pour 1,50 m de hauteur. Les années suivantes vous n'arroserez que si les plantes marquent la soif.

 

Bien entendu, s'il pleut, vous déduirez la quantité tombée naturellement.

 

Les arbres fruitiers, l'année de plantation, seront suivis comme les arbustes; les années suivantes on  ne les arrosera que si le temps est vraiment au sec: la quantité de 30 l au mètre carré Sous la frondaison est encore à respecter.

Calculer la quantité distributée

 

Pour apprécier la quantité d'eau distribuée, placez un pluviomètre ou un bidon dans la zone d'arrosage, puis mesurer la quantité d'eau recueillie:

 

1 mm de hauteur d'eau vous donne 11 l par mètre carré.

 

Si vous arrosez votre potager à la main, vous devez apporter au minimum 10 l par mètre carré; cet apport (10 mm) d'eau représentera donc le tiers du besoin hebdomadaire. Vous comprendrez aisément que la personne bien intentionnée qui réparti joyeusement les 10 l de son arrosoir sur les 5 à 10 mètre carré de planche ne fait qu'humidifier l'air et la surface.

Ce travail est inutile.

 

Chronomètre en main. Pour savoir exactement ce que vous apportez en quantité d'eau lorsque vous arroser avec votre tuyau muni d'une lance ou non, vous devez chronométrer le temps qu'il vous faut pour remplir un seau de 10 l. Vous saurez ainsi combien de temps vous devez "rester" sur une zone pour apporter 20 l par mètre carré.

 

Attention! Faites votre calcul avec la lance ou la pomme qui est au bout du tuyau.

   

Les méthodes

L'arrosage en pluie

Cette manière de donner de l'eau se fait généralement à l'aide d'un arrosoir. L'appareil va lentement et par-dessus les plantes distribuer l'eau qui pénétrera progressivement dans la terre.

 

Il faut pour être valables que les arrosoirs projettent de petites gouttes d'eau afin que ces dernières aient le temps de se réchauffer avant d'atteindre le feuillage.

L'arrosage au goulot

Que cela soit à l'arrosoir ou au tuyau, l'arrosage au goulot permet de bien localiser et diriger l'eau. Chaque fois que l'on arrose au tuyau, on calcule le temps d'arrosage pour être certain d'avoir assez donné d'eau.

 

On peut dans certains cas laisser l'eau couler tout lentement sous un arbre ou un arbuste en détresse; par ce moyen très localisé on est sûr de pouvoir en quelques heures heures une motte.

 

Dans le jardin potager, l'arrosage au goulot permet d'éviter de mouiller les feuilles sensibles aux maladies des tomates et des haricots.

L'automatisme

L'arrosage automatique peut être installé au jardin de différentes manières.

 

La plus simple consiste à tirer un tuyau d'arrosage et de placer au bout un appareil capable de distribuer l'eau en pluie;entre le robinet et le tuyau, vous fixez une vanne magnétique ou un compteur et vous avez l'ébauche d'un arrosage automatique.

 

En ouvrant la vanne, vous mettez en route l'arrosage. A partir de là, toute sophistication est possible allant même jusqu'à l'installation de miniordinateur gérant à votre place les apports d'eau.

 

Si vous vous décidez pour un arrosage 100% automatique, passez alors directement à un système intégré. Vous n'aurez plus aucun tuyau ni appareil apparents. On trouve sur le marché du matériel professionnel (à des prix tout à fait compétitifs).

Avantages de l'arrosage intégré


  • Économie d'eau et meilleure répartition.



  • Arrosages nocturnes évitant les pertes dues à l'évaporation.



  • Pleine jouissance de vos heures de loisir



  • Plaisir de retrouver un jardin luxuriant au retour de vacances.